Mon essentiel

Illustration : Yoshifumi Takeda Photographie et textes : Amber Dohrenwend

7ème épisode

Amber Dohrenwend

« Le denim UNIQLO
est mon plus vieil ami »

Artiste cartoniste et plasticienne

Amber Dohrenwend est née en 1978 dans le Michigan. En 2008, elle s'installe avec son mari à Tokyo. Tout en se consacrant à l'éducation de ses deux filles, elle s'intéresse deux ans plus tard à une forme d'art plutôt singulier, réalisé à partir de carton. Se faisant connaître par les courbes de ses œuvres aux douces textures, son travail a été exposé dans le cadre d'une exposition organisée par l'hôtel Trunk à Shibuya et ont été présentées en vitrine pour Hermès Ginza. Aujourd'hui, Amber est retournée aux États-Unis, où elle continue à exprimer sa passion créatrice.

« Le denim UNIQLO
est mon plus vieil ami »

Tout comme j'utilise des boîtes et des cartons recyclés pour mes œuvres d'art, j'essaie également de porter des vêtements de seconde main. Ces douze dernières années, je me suis engagée à n'acheter que des vêtements d'occasion, et j'essaie d'en prendre soin autant que possible, pour les conserver plus longtemps. Il s'agit tout autant de mon engagement en faveur de l'environnement que de ma perception des choses simples et du sens que je donne à ma vie.

En tant qu'Américaine vivant à Tokyo, je dois dire que j'ai eu du mal à trouver des vêtements à ma taille. C'est ce qui m'a amenée spontanément à mettre le nez dans le rayon hommes de certaines de mes boutiques vintages préférées, à Koenji et Kichijoji. Lorsque j'ai enfilé ce jean UNIQLO pour la première fois (photo du centre), j'ai trouvé que sa coupe était parfaite et qu'il tombait à merveille. Je me suis amusée à regarder des tutos sur YouTube, et c'est là que j'ai commencé à l'arranger à mon goût. J'ai cousu un ourlet sur l'arrière et je l'ai rapiécé avec un patch pour dissimuler une tâche d'encre. J'ai fait aussi une petite réparation de fortune aux genoux. Tout cela par moi-même. C'est vraiment le jean que j'adore porter quand je travaille assise sur un tatami. Comme je l'ai transformé pour l'adapter à mon usage quotidien, j'ai l'impression qu'il fait partie de moi. C'est ce qui le rend unique en son genre.

Je le porte pratiquement tous les jours dans mon studio, mais il m'arrive aussi de le mettre pour sortir au restaurant, avec une chemise assortie, ou pour participer à une réunion. Ma fille aînée, qui a treize ans, a une robe-chemise en denim UNIQLO (photo en haut à gauche), qu'elle ne quitte jamais. Comme moi, elle se sent plus à l'aise dans un tissu en jeans, et sa robe a fini par prendre une texture un peu vintage à force de la porter.

Tout comme j'utilise des boîtes et des cartons recyclés pour mes œuvres d'art, j'essaie également de porter des vêtements de seconde main. Ces douze dernières années, je me suis engagée à n'acheter que des vêtements d'occasion, et j'essaie d'en prendre soin autant que possible, pour les conserver plus longtemps. Il s'agit tout autant de mon engagement en faveur de l'environnement que de ma perception des choses simples et du sens que je donne à ma vie.

En tant qu'Américaine vivant à Tokyo, je dois dire que j'ai eu du mal à trouver des vêtements à ma taille. C'est ce qui m'a amenée spontanément à mettre le nez dans le rayon hommes de certaines de mes boutiques vintages préférées, à Koenji et Kichijoji. Lorsque j'ai enfilé ce jean UNIQLO pour la première fois (photo du centre), j'ai trouvé que sa coupe était parfaite et qu'il tombait à merveille. Je me suis amusée à regarder des tutos sur YouTube, et c'est là que j'ai commencé à l'arranger à mon goût. J'ai cousu un ourlet sur l'arrière et je l'ai rapiécé avec un patch pour dissimuler une tâche d'encre. J'ai fait aussi une petite réparation de fortune aux genoux. Tout cela par moi-même. C'est vraiment le jean que j'adore porter quand je travaille assise sur un tatami. Comme je l'ai transformé pour l'adapter à mon usage quotidien, j'ai l'impression qu'il fait partie de moi. C'est ce qui le rend unique en son genre.

Le denim est un tissu que je trouve fabuleux et vivant. On a l'impression qu'il se bonifie avec le temps. J'essaie de récupérer les vieux jeans portés par les membres de ma famille et j'en fais des coussins à mettre dans notre salon (photo ci-dessus à droite). Le denim devient plus doux avec le temps, tout en restant résistant. D'un seul coup d'œil, chacun reconnait d'où proviennent ces patchs sur mes coussins. C'est en quelque sorte un album de famille ou en tout cas un sujet de conservation toujours très amusant.

Ce que j'apprécie en particulier dans le fait de travailler du carton, comme dans celui de porter un denim, ce n'est pas seulement un geste en faveur de l'environnement. Il s'agit de comprendre comment ces matières évoluent et se comportent au fil du temps. Je me demande toujours ce qui pourrait advenir de ces matières tout au long d'une vie. C'est ce qui excite ma curiosité. Pour le moment, je suis certaine d'une chose : elles changent avec le temps.

On voit ici Amber, assise aux côtés de ses enfants. Elle pose au pied d'une des créations de son atelier, rappelant les racines d'un grand arbre. Dans le passé, elle a exercé le métier d'enseignante dans une école primaire. Même pour ses plus grandes créations, elle n'utilise rien de plus qu'une paire de ciseaux et une agrafeuse pour les réaliser.

Partager cette page